100 % neutre pour le climat

100 % neutre pour le climat

Une entreprise climatiquement neutre

Depuis 2018, ADLER est l'une des premières entreprises du secteur des peintures et des vernis à être 100 % neutre pour le climat. Cette démarche s'inscrit dans une stratégie globale de durabilité qu'ADLER poursuit depuis de nombreuses années. Grâce à de nombreuses mesures, ADLER a réduit son empreinte carbone au minimum. ADLER compense les émissions résiduelles par des certificats de protection du climat reconnus. Cela permet de financer de nouveaux projets de protection du climat qui contribuent à réduire les émissions de CO2 et d'autres gaz à effets de serre et ainsi à protéger le climat.

Facteur clé : les gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre agissent comme le vitrage d'une serre. Ils laissent la lumière du soleil passer, mais retiennent dans l'atmosphère le rayonnement de chaleur réfléchi par la surface de la Terre. Il en résulte un réchauffement de la planète qui, dans le pire des cas, peut se transformer en une catastrophe climatique.

Cet effet de serre est déterminé tant par des causes naturelles que d'origine humaine. Parmi les facteurs déclenchés par l'Homme, le dioxyde de carbone est un bon exemple, car il est responsable de 65 % du réchauffement de la Terre. C'est pourquoi la réduction du CO2 est une mesure particulièrement importante contre le changement climatique.

La réduction du CO2

L'étape la plus importante vers la neutralité climatique est de réduire ou d'éviter les émissions de CO2 : par l'utilisation d'électricité provenant de sources durables (comme l'énergie photovoltaïque, éolienne ou hydraulique), par des mesures visant l'efficacité énergétique et la mobilité propre ou par le nettoyage de l'air vicié. Ce n'est que lorsqu'une réduction supplémentaire n'est plus réalisable techniquement ou économiquement qu'il est judicieux de compenser les émissions résiduelles de CO2.

La façon ADLER

ADLER a fait examiner son empreinte carbone par des instituts externes. Avec environ 3 000 tonnes, l'empreinte est très faible par rapport au reste du secteur, grâce aux nombreux projets d'économie de CO2 :

  • Électricité respectueuse de l'environnement: L'usine ADLER est alimentée à 100 % en électricité provenant de sources renouvelables.
  • Économies d'énergie : De nombreuses mesures, telles que la technologie d'éclairage LED, la rénovation thermique, la climatisation par puits profonds et bien d'autres encore, ont permis de réduire considérablement la consommation d'énergie de l'usine ADLER.
  • Énergie renouvelable : Les systèmes photovoltaïques installés sur le site de l'usine de Schwaz produisent environ 220 000 kWh d'électricité propre par an, ce qui correspond à la consommation d'électricité d'environ 50 ménages autrichiens moyens.
  • Production efficace : Grâce à une méthode de production modulaire innovante, la nouvelle usine de vernis à l'eau ADLER consomme environ 30 % d'énergie de moins en comparaison avec les méthodes de production traditionnelles.
  • Air propre : Depuis 2016, les émissions de solvants provenant de la production de vernis ont été réduites de plus de 12 %.
  • Vernis à faible émission : Les vernis à l'eau à faible émission représentent déjà 65 % du volume total de production d'ADLER.
  • Parc de véhicules propres : ADLER n'utilise que des véhicules conformes aux normes antipollution Euro 5 et Euro 6. En 2019, deux véhicules électriques ont été ajoutés au parc automobile et des vélos sont utilisés pour les déplacements autour du site de l'usine.
  • Itinéraires de livraison respectueux de l'environnement : Une réorganisation des livraisons aux clients permet d'économiser 12 tonnes de CO2 par an. Dans la mesure du possible, le rail est utilisé pour le transport de marchandises.
  • Traitement des eaux usées et de l'air vicié : Les eaux usées et l'air vicié des installations de production sont filtrés et nettoyés au centre de protection de l'environnement et de recyclage de l'usine ADLER.

ADLER compense les émissions résiduelles, inévitables malgré toutes ces mesures, par des certificats de protection du climat reconnus pour un projet hydroélectrique au Mali, le projet régional hydroélectrique de Félou (Félou Regional Hydropower Project). Ce projet certifié par l'ONU fournit de l'électricité au Mali, à la Mauritanie et au Sénégal. Cela permet de réduire les émissions de CO2 de 191 765 tonnes de CO2/an. Le charbon et le pétrole couvrent 70 % des besoins énergétiques du Mali. Il est donc urgent d'investir dans les énergies renouvelables. De plus, le Mali est l'un des pays les plus pauvres du monde. Outre l'aspect environnemental, le projet hydroélectrique constitue également un stimulant économique.

Pensée globale : le changement climatique ne connaît pas de frontières nationales

La compensation des émissions de CO2 se fait par l'achat de certificats pour chaque tonne de CO2. Ces certificats financent de nouveaux projets supplémentaires de protection du climat dans les pays en développement et émergents. Dans les pays en développement, bien que le niveau de départ soit faible, le même investissement permet de produire un effet beaucoup plus important. La certification est réalisée par une organisation indépendante. Les effets secondaires positifs comprennent l'amélioration des normes environnementales, la stimulation économique et la création de nouveaux emplois dans les pays en développement. Pour le climat, il importe peu que le CO2 soit réduit en Europe ou dans d'autres parties du monde : l'essentiel est qu'il soit réduit. En raison des normes nettement inférieures, en matière de protection de l'environnement, de production d'énergie durable, etc., ainsi que du niveau des coûts clairement plus bas, il est possible de réaliser beaucoup plus d'économies de CO2 avec le même investissement dans les pays en développement que, par exemple, en Europe.

ADLER est ainsi l'une des premières entreprises du secteur à compenser volontairement ses émissions conformément au protocole de Kyoto !

© by adler-lacke.com